Strasbourg : toujours plus de marques de la lâche soumission à la dhimmitude !

  • Première observation : terrorisme ? pas sûr !

À peine annoncée la nouvelle du massacre sur le marché de Noël de Strasbourg, l’inénarrable secrétaire d’État Nunez s’empresse de déclarer qu’il n’est pas sûr qu’il s’agisse d’un acte de terrorisme (sic !).

Tirer dans une foule en faisant plusieurs morts et blessés graves, ce ne serait donc pas un acte terroriste ! Alors qu’est-ce qu’un acte terroriste ? Pour monsieur Nunez qui pourrait bien être un homme cultivé, peut-être pouvait-il s’agir de la réalisation à motivation culturelle de « l’acte surréaliste le plus simple consistant, revolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu’on peut, dans la foule ».

Selon ce qui est écrit dans le « Second manifeste du surréalisme » par André Breton, ce maître à penser d’Aragon et de Picasso et de toute la cohorte des « déconstructionnistes ».

  • Deuxième observation : terroriste, c’est sûr !

Le procureur général pour les affaires terroristes, Rémy Heitz, récèle que le tueur, qui a hurlé « Allah Akbar » en abattant ses victimes s’appelle Sherif Chekatt. Un strasbourgeois. Fiché S. Cinquante fois condamné. « Religieusement radicalisé ». Le procureur aussi évite manifestement de prononcer le mot « islam » ou le mot « musulman ».

Nonobstant cela, même les moins au fait des questions religieuses pourront tout de même comprendre que les mots « radicalisé religieusement » n’évoquent pas un religieux dévouement pour le parti radical du sénateur Jean-Michel Baylet (qui est un dignitaire de la religion du Grand Orient), ni la radicalité chrétienne de ceux qui suivent radicalement la voie d’amour du Christ dans la charité et la pauvreté et souvent dans les pires souffrances des persécutions.

N’est-il pas curieux d’ailleurs que les musulmans ne contestent guère l’assimilation de fait de la radicalité de leur religion avec l’islamisme jihâdiste ?

Ainsi, plus les croyants seraient radicalement musulmans, plus ils seraient des jihâdistes.

Le fond du problème n’est-il pas dans l’idéologie appliquée dans la charia et dans le modèle de Mahomet, tel que séculairement décrit dans les Hadîths ? Ce n’est certes pas en effet une religion de paix et de tolérance que l’on enseigne dans les prisons islamisées avec des imams à double langage. Quand donc les grandes autorités politico-religieuses des nations musulmanes lanceront-elles enfin, sans double langage, sans « taqqiya », la condamnation sans réserve de la haine et des actes de haine ?

Mais ça, ce serait aussi l’affaire d’États qui devraient refuser toute islamigration tant que l’islam, d’où jaillit sans cesse l’islamisme terroriste, ne change pas… radicalement !

  • Mesure d’urgence : interdire Médine ce vendredi à Strasbourg !

Comble de noire ironie : le rappeur islamiste Médine qui prône ouvertement le jihâd par le sabre et appelle à « crucifier les laïcards » doit se produire à Strasbourg ce vendredi 14 décembre.

Il avait heureusement dû annuler ses concerts en octobre au… Bataclan ! Plus qu’indécente sa venue serait l’expression de tout son mépris raciste pour les morts de Strasbourg et pour tous les Français !

Il faut d’urgence l’interdire !

Un comité d’appel à cette fin est en cours de constitution.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email