Ce que Macron, Véran et Castex imposent, c’est le trépas sanitaire de la liberté !

Bernard Antony, président de l’Institut du Pays Libre, ancien député français au Parlement Européen communique

Avec son insupportable morgue, avec cette arrogance dont sont coutumiers les principaux ministres de la macronnerie, le ministre de la « santé », Olivier Véran a osé hier encore s’auto-féliciter de la « pédagogie » mise en œuvre par le gouvernement pour imposer totalitairement l’obligation vaccinale par celle du « pass sanitaire ». Ausweis sans lequel il n’est plus aujourd’hui que mort professionnelle et civile.

Parler de « pédagogie » réussie à l’égard des Français, c’est vraiment les considérer tous comme des enfants !

Or précisément, ce qu’il y a de plus odieux dans la vaccination laïque et obligatoire ( mais pas forcément gratuite pour ceux qui ne la supportent pas…) c’est que l’Etat-Macron entend à l’évidence y soumettre aussi bientôt tous les enfants ; au mépris d’une part que les petits ne sont pas la catégorie la plus menacée par le virus, de l’autre qu’on ignore encore sur eux les effets préjudiciables possibles du vaccin « génétique ».

Mr Véran n’a vraiment pas la moindre vergogne en assénant ce qu’il assène aujourd’hui avec une assurance  de néo-Diafoirus, frappé semble t-il d’une radicale amnésie de ce qu’il énonçait il y a encore quelques mois avec la même indécente suffisance.

Ce qui, selon les prudents médecins proches de notre institut est aujourd’hui à peu près établi c’est que les vaccins actuels sont semble t-il efficaces pour les personnes âgées et porteuses de facteurs de « comorbidité » (obésité, diabète, problèmes pulmonaires…) les protégeant des atteintes les plus graves de la propagation virale. Mais n’était-ce pas, hier encore, tous ceux de la Macro-néronerie, du Césarion lui-même et de son Véran, et de son Castex qui nous assuraient péremptoirement que le vaccin était l’arme absolue et définitive contre le virus ?

Pour changer lamentablement de discours quelques temps après et nous avertir de ce que le vaccin n’était pas si efficace et ne dispensait ni des gestes barrières ni des masques (si absurdes en plein air…).

Mais hélas, une majorité, semble t-il, de nos concitoyens (on n’ose pas dire de nos compatriotes car qu’en est-il pour eux du sentiment patriotique ?) ne veulent pas voir que nos gouvernants orgueilleux et dominateurs se vautrent dans la tyrannique jouissance de pouvoir désormais leur imposer sous prétexte de salut public « sanitaire », leurs ukases de Big Brother.

Pour l’Institut du Pays Libre il faut certes médicalement combattre l’actuel virus (et les autres) mais il n’est que temps de s’opposer à la dérive liberticide d’une démocratie confisquée.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email